Comprendre le stress

Comprendre le stress

Le stress est votre compagnon quotidien ? Dans cet article, découvrez dans quelle mesure cela est un processus physiologique normal et nécessaire, et à quel moment il peut devenir problématique et avoir des répercussions sur l’organisme.

Un mécanisme normal

Tout d’abord, il est important de souligner que le stress est un mécanisme normal. Il nous permet de nous adapter, et de réagir efficacement face à un évènement extérieur. Il est là pour assurer notre survie ! Et ce depuis toujours : remontons par exemple à la préhistoire… Face à un mammouth ou une bête féroce, le système nerveux rentre en phase d’alarme, avec un objectif : fuir ou combattre. Cette réaction immédiate entraîne l’accélération du rythme cardiaque et respiratoire, la mise en pause du système digestif, l’augmentation de la vascularisation des muscles… Bref, l’organisme focalise son énergie uniquement sur ce qui lui est utile, il mobilise toutes ses ressources pour faire face au danger !

L’organisme sécrète de l’adrénaline pendant la phase d’alarme. Tous les sens sont en éveil.

Suite à cette réaction, une fois le danger écarté, l’organisme revient à la normale. Le système nerveux rentre en phase de récupération.

Stress naturopathie

La phase d’alarme est un mécanisme physiologique, elle n’est pas néfaste pour l’organisme dès lors qu’elle est suivie d’une phase de récupération.

Stress Chronique

Là où cela peut devenir problématique, c’est lorsque le stress s’installe et devient chronique. On distingue alors 3 phases, décrites par le médecin Hans Selye : 

  • la phase d’alarme
  • la phase de résistance
  • la phase d’épuisement

La phase d’alarme est toujours la même que celle décrite précédemment, elle répond à une situation d’urgence. Mais il se peut que nous ne puissions pas agir face à un facteur de stress : nous ne partons pas en courant lors d’une discussion stressante avec notre supérieur, nous restons tant bien que mal immobiles et calmes dans les bouchons… S’opère alors un conflit entre nos besoins et les règles socio-culturelles. Nous pouvons de plus être soumis à de nombreux stress simultanément, et la plupart d’entre eux sont psychiques et de ce fait difficiles à évacuer. A ce stade, l’organisme s’adapte, il endure et encaisse : il entre dans la phase de résistance.

L’organisme sécrète du cortisol (l’hormone du stress) en excès pendant la phase de résistance. Dans des conditions physiologiques normales, le cortisol est une hormone dont la sécrétion est maximale le matin, et décroît dans la journée. La production en excès du cortisol peut entraîner entre autres des troubles du sommeil, une prise de poids, un vieillissement prématuré…

Durant cette phase de résistance, la production d’hormones se dérègle. Peuvent alors apparaître des troubles du sommeil, de la nervosité, de l’irritabilité, de la fatigue, une perte d’appétit, une baisse de libido, des douleurs musculaires…

Si la phase de résistance dure trop longtemps, l’organisme entre dans la phase d’épuisement. Il a trop puisé dans les réserves et n’a plus de ressources. On peut observer une dépression, des maladies cardio-vasculaires ou digestives… On parlera également de burn-out lorsque le point de rupture est dépassé.

Le cortisol est profuit par les glandes surrénales, situés au-dessus des reins. A la longue, ces glandes s’épuisent  ne parviennent plus à produire le cortisol, d’où une fatigue extrême.

Et maintenant je fais quoi ?

Nous sommes tous soumis à de nombreux facteurs de stress, et la phase de résistance ou d’épuisement vous paraissent peut-être un peu trop familières… Mais des solutions existent pour minimiser l’impact du stress sur l’organisme !

Il est primordial de trouver des activités qui nous permettent d’évacuer ce stress. Balade en forêt, activité créative, exercices de respiration, yoga, activité sportive… S’accorder des temps de pause est nécessaire pour permettre à l’organisme de récupérer, ne pas négliger l’importance de l’alternance travail/repos.

La naturopathie peut nous aider à mettre en place une hygiène de vie qui limite l’impact du stress. Des réglages alimentaires peuvent influencer notre réaction face au stress, en diminuant le sucre par exemple et en apportant les bons nutriments. Veiller à une bonne digestion et à un sommeil de qualité sera également d’une aide précieuse. En fonction des cas, nous pouvons aussi avoir recours à des plantes régulatrices du système nerveux ou qui augmentent la résistance au stress, des fleurs de Bach pour le côté émotionnel, ou des compléments alimentaires. Certaines huiles essentielles ont aussi des vertus apaisantes, elles peuvent facilement être utilisées au cours de la journée dès que vous sentez venir un stress.

Huiles essentielles apaisantes : essayez la marjolaine à coquilles, la lavande fine ou encore le petit grain bigaradier. Choisissez l’huile essentielle dont l’odeur vous plaît le plus !

→ Déposer quelques gouttes d’huile essentielle sur un mouchoir ou sur vos poignets, et respirez profondément. A tester en cas de stress, jusqu’à 3 fois par jour.

Déconseillé aux femmes enceintes et aux enfants. Effectuer au préalable un test d’allergie dans le creux du coude.

Huiles essentielles apaisantes : essayez la marjolaine à coquilles, la lavande fine ou encore le petit grain bigaradier. Choisissez l’huile essentielle dont l’odeur vous plaît le plus !

→ Déposer quelques gouttes d’huile essentielle sur un mouchoir ou sur vos poignets, et respirez profondément. A tester en cas de stress, jusqu’à 3 fois par jour.

Déconseillé aux femmes enceintes et aux enfants. Effectuer au préalable un test d’allergie dans le creux du coude.

La réflexologie plantaire peut également vous aider à vous détendre et à relâcher les tensions. Elle permet de réguler le système nerveux et diminue stress et anxiété.

La prise en charge en naturopathie ne remplace pas le suivi médical, elle agit en complément.