Syndrome prémenstruel et naturopathie

Syndrome prémenstruel et naturopathie

Je vous ai parlé dans un précédent article de la définition du SPM, de ses symptômes et de ses causes principales. Ce syndrome est fréquent, et plus ou moins intense en fonction des femmes et des cycles. Néanmoins, il n’est pas inévitable, et des solutions naturelles peuvent soulager ce SPM. Je vous présente aujourd’hui quelques pistes naturopathiques de prise en charge du syndrome prémenstruel.

Identifier son SPM

La première étape va être d’identifier si vous êtes sujette au SPM, et de quelle manière il se manifeste chez vous. Si un ou plusieurs symptômes  vous sont familiers, il faut tout d’abord s’assurer qu’ils soient bien en lien avec un SPM. Pour cela, essayez de noter les jours où vous observez ces signes désagréables, sur plusieurs mois. Vous pourrez ainsi déterminer s’ils apparaissent de manière cyclique, en 2ème partie de cycle, ou pas.

Gestion du stress et SPM

Le SPM est accentué par le stress. Peut-être avez-vous remarqué un syndrome prémenstruel plus marqué lors de périodes stressantes ? Un état de stress chronique va perturber l’équilibre hormonal. De plus, le stress entraîne aussi un épuisement de nos ressources en magnésium, or un manque de ce dernier peut entraîner irritabilité, sautes d’humeur, spasmes… On comprend donc l’importance du magnésium en période de SPM ! Une complémentation pourra être mise en place.
On veillera aussi à limiter l’impact du stress en ralentissant le rythme de nos journées lorsque cela est possible, en instaurant des exercices respiratoires, en pratiquant une activité physique, ou en utilisant des plantes aux vertus apaisantes.

Troubles du sommeil et SPM

Le déséquilibre hormonal peut entraîner des troubles du sommeil, ils sont l’une des manifestations du SPM. Mais un manque de sommeil lui peut entraîner un déséquilibre hormonal ! On creusera donc la piste de ces troubles du sommeil (depuis combien de temps sont-ils présents, comment se manifestent-ils, à quelle fréquence, pourquoi…) pour venir à bout de ce cercle vicieux.

Foie et SPM

Le SPM peut être dû à la présence de beaucoup de toxines et de toxiques dans l’organisme. L’une des fonctions du foie est d’éliminer les hormones lorsqu’elles n’ont plus lieu d’être dans l’organisme. Il va donc participer indirectement à la régulation du taux d’oestrogènes. S’il est surchargé, trop occupé à gérer le surplus de toxines par exemple, le recyclage des oestrogènes ne se fera pas correctement, ceux-ci vont être réabsorbés et se retrouveront en excès dans l’organisme. Il faut savoir que le foie a plus de 400 fonctions différentes ! Il faut donc en prendre soin pour qu’il puisse mener à bien toutes ses missions.
Pour cela nous avons plusieurs leviers d’action. D’une part, on évitera les surcharges alimentaires et les excès d’alcool. D’autre part, on veillera à apporter les vitamines et minéraux nécessaires au bon fonctionnement du foie, via une alimentation équilibrée et riche en fruits et légumes. Enfin, on pourra effectuer une ou deux cures de détoxification par an. Attention, celle-ci n’est pas à faire chez tout le monde et pas à n’importe quel moment, demandez conseil à votre naturopathe.

Intestins et SPM

Si le foie fonctionne correctement et élimine les hormones en excès, il faut maintenant s’assurer que les intestins soient eux aussi en pleine forme. En effet ils doivent se débarasser des déchets triés par le foie. S’il ne sont pas en bon état de fonctionnement, ils risquent de laisser passer les hormones éliminées dans le sang ! Et là retour au point de départ : réabsorption des hormones → excès d’oestrogènes dans l’organisme → SPM ! Si vos intestins en ont besoin, le suivi en naturopathie permettra de mettre en place un protocole pour les aider à fonctionner de manière optimale, en cicatrisant la muqueuse intestinale et en amenant de bonnes bactéries à la flore intestinale.

Alimentation et SPM

Une alimentation riche en fruits, légumes, oléagineux apportera des vitamines (vitamines B, A, C, E…) et minéraux (potassium, magnésium, calcium…). Leur consommation sera donc conseillée pour moins de fatigue, pour une bonne détoxification, et un soutien du système nerveux. 

Par contre, sucres raffinés, café et alcool pourraient aggraver le SPM, ils seront donc à limiter. Ils participent en effet à la fuite des minéraux tels que le magnésium (tout comme le stress), ainsi qu’à un climat inflammatoire propice aux douleurs, et demande un travail plus important au foie. On veillera à une alimentation la moins inflammatoire possible. De plus, le sel sera à limiter en cas de rétention d’eau. L’hydratation elle ne devra pas être oubliée !

spm naturopathie alimentation

Les plantes du cycle menstruel

Les plantes auront un rôle important à jouer dans la régulation de la production des hormones du cycle menstruel. Alchémille, achillée milefeuille, gattilier…vont être indiquées par exemple en cas d’insuffisance en progestérone (ou excès d’oestrogènes), alors que sauge et houblon seront indiquées en cas d’insuffisance en oestrogènes. Ces plantes sont néanmoins à manier avec précaution, demandez conseil à votre naturopathe.

On pourra également utiliser des plantes drainantes contre la rétention d’eau (ortosiphon, piloselle, pissenlit…), des plantes aux vertus apaisantes contre le stress (passiflore, mélisse, valériane, aubépine…), ou encore de la griffonia pour augmenter la production de sérotonine.

Ainsi, de nombreuses pistes sont à explorer, et le syndrome pré-menstruel n’est pas une fatalité ! Des solutions naturelles existent pour soulager ce SPM, et vivre plus sereinement cette partie du cycle.

Si vous souhaitez vous faire accompagner en naturopathie pour la prise en charge de votre syndrome prémenstruel, je vous invite à me contacter ou à prendre rendez-vous en ligne.

La publication a un commentaire

Laisser un commentaire